Diego Garcia: notre dignité n’est pas à vendre


Imaginons un instant les Palestiniens soumettant à Israël « Oui, nous acceptons l'occupation à condition que vous nous donniez la souveraineté ».

Le non-sens y est évident. Personne ne se retrouve pas dans une telle logique. La dignité du peuple palestinien leur interdit de faire une telle offre. La dignité des Mauriciens, particulièrement celle des Chagossiens, ne doit pas être moindre.

Selon le Washington Post, notre République aurait décidé de laisser Diego Garcia aux USA pour continuer de servir comme base militaire. La condition serait que Washington accepte la souveraineté mauricienne, donc nie celle de son allié inconditionnel, la Grande Bretagne. En matière de stratégie diplomatique, il y a de quoi se poser quelques questions. Surtout lorsque nous savons que cette dernière persiste et signe avec un projet de parc marin protégé ; que l'archipel des Chagos est menacé par la montée des eaux liée au changement climatique ; que les USA se retirent de l'Iraq, de l'Afghanistan et espère un dégel avec l'Iran ; et que c'est ailleurs, plus à l'Est, qu'un repositionnement des forces américaines est projeté.

Il semble que la démilitarisation de l'Océan Indien, sa dénucléarisation et sa proclamation comme zone de paix ne sont plus que de loin souvenirs. Pire, qu'en est-il du droit de retour des Chagossiens et le droit de tout Mauricien de s'y rendre ? On a beau parler de la superficie de notre Zone Économique Exclusive, mais on n'aurait jamais imaginé que s'en servir comme base militaire serait une activité économique. Pire, nous savons que des « suspects potentiels» y ont été torturé dans le cadre du « war on terror ». Des bombardiers décollant de cette même base ont tué des milliers de civils innocents en Afghanistan et en Iraq. Accepterons-nous qu'un autre Guantanamo s'ouvre sur notre territoire ? Serait-ce cela notre nouvelle économie bleue... la nécessité d'éloigner les indésirables, la pollution de l'océan et les risques d'accident nucléaires diminuant l'opportunité d'activités économiques plus vertes ?

À l'heure où de nouvelles puissances émergent, l'offre mauricienne est en déphasage avec notre réalité géopolitique. Elle ne relève pas d'un mandat populaire ou d'un programme électoral plesbisité. Nous serons complices des atrocités qui seront perpétrées en utilisant la base de Diégo Garcia. Et des représailles, toutes aussi aveugles, violentes et condamnables, de ceux qui seront visés par les USA. Plus exactement par ceux qui agissent en son nom. Nous serons des cibles de guerres qui sont injustifiées et qui ne nous concernent pas, pour ne pas dire de conflits nourris par des politiques ou des terroristes qui instrumentalisent la raison d'État ou la religion.

Finalement, c'est une question de dignité. La nôtre n'est pas à vendre.

logo

Century Welfare Association

Let Our Deeds Speak For Us.

Founded January 1969