Ne jamais se tromper d’ennemi

Par Abu Abdallah

Nous ne pouvons perdre notre énergie dans des polémiques futiles à un moment où les enjeux sont si graves. Regardons ce qu'une certaine presse islamophobe essaie de faire en Europe depuis plusieurs semaines déjà. Elle mène une campagne systématique dans le but de provoquer, provoquer
et encore provoquer les musulmans. Certains journaux vont jusqu'à publier quatre fois des caricatures insultant le Prophète (saw). Ils
montrent d'un côté comme liberté et culture ce que propose l'Occident, et de l'autre, la censure et l'interdit comme ce que véhicule l'islam.

Vision bipolaire

Ils veulent aussi diffuser l'idée que l'Iran est sur le point de développer l'arme nucléaire. Comme on l'avait fait croire pour l'Iraq. Cette fois-ci, c'est d'un côté la menace d'attaque nucléaire lorsqu'il s'agit de l'Iran ou des pays musulmans, et de l'autre, la sécurité énergétique et le développement par la production d'électricité à partir du nucléaire quand il s'agit de pays dits civilisés, comme la France ou le Japon.

Les caricatures blasphématoires apparaissent à un moment opportun dans l'escalade qui vise à discréditer le régime iranien. Il ne reste plus à ce dernier qu' à émettre un fatwa et nous nous approchons un pas de plus vers une logique d'invasion de l'Iran par l'Occident civilisé, développé, cultivé et libre.

Le piège

Si, face à de telles provocations, nous épuisons nos forces à nous disputer entre nous, nous ne pourrons rien faire d'autre qu'exprimer nos colères et nos frustrations. Aussi, il n'y a rien de mieux pour certains que d'enflammer une foule de musulmans. Ces islamophobes comptent sur nos dérapages pour alimenter leur machinerie. C'est pourquoi ils veulent que soit nous nous laissons assimiler, soit nous nous renfermons dans un ghetto. Dans le premier cas, nous serons dociles et dans le deuxième cas, ils pourront utiliser nos manifestations à leurs fins. Il faut comprendre qu'entre les deux extrêmes, il doit y avoir un juste milieu. C'est la voie de ceux qui ont la foi, qui réfléchissent, et sont pro-actifs. Ils ne se laisseront pas piéger.

Non à la polémique

Nous disons qu'il n'y a rien de plus dangereux que de diviser les musulmans et de compter les sectes. Il ne faut jamais se tromper d'ennemi sinon nous risquons de faire le jeu de ce dernier. Dans un hadith, le Prophète (saw) garantit le Paradis à celui qui abandonne une dispute même lorsqu'il a raison. C'est l'approche la plus sage à adopter lorsque le débat et le dialogue n'avancent pas à l'intérieur de la communauté. Il faut revenir à l'essentiel qui nous unit et faire face aux menaces en empruntant la voie du juste milieu. Refuser l'assimilation et l'enfermement parce que nous voulons être des musulmans à part entière, citoyens au même titre que ceux des autres confessions. Et travailler ensemble avec les citoyens non-musulmans qui disent non à l'islamophobie.

Quelles priorités?

Parmi les priorités d'actions communes, nous devons nous engager à lutter contre une culture de violence qui s'installe dans la société, à redonner à l'éducation ses valeurs, et à la solidarité sa place à l'heure où la compétition revient dans le système national, à arrêter la propagation du SIDA et de toutes les drogues allant de la cigarette à l'héroïne en passant par l'alcool et à lancer un vrai jihad contre la pauvreté. A côté de ces quatre priorités, il convient d'agir en
permanence pour donner un vrai visage de l'Islam, fidèle à nos sources et correspondant au contexte où nous nous trouvons.

Concrètement...

Il faut dire que l'Islam n'est pas contre la liberté ou contre l'expression culturelle. Mais il reconnaît que pour chaque droit il existe une responsabilité. Et qu’il n'y a pas de culture sans éthique. Pourquoi l'islamophobie doit-elle être moins grave que le racisme ou encore l'anti-sémitisme? A la lumière de l'appel de l'Union
International des Savants Musulmans, présidée par le Sh Al Qardhawi, il faut exprimer notre désaccord avec l'attitude des gouvernements danois et norvégiens en boycottant les produits de ces pays. La langue de bois de Nicolas Sarkozy sur la question doit aussi être vivement condamnée.

En ce qui concerne l'Iran, il faut rappeler que la position officielle de ce pays dit "islamique" est qu'il est contre les principes de l'Islam d'utiliser l'arme atomique. Selon l'AIEA, il n'y a aucune preuve que Téhéran cherche à développer autre chose que le nucléaire pour des besoins civils. Il faut en parler à nos concitoyens d'autres confessions.

Il est regrettable que la MBC ne fait que reprendre les informations d'ailleurs sans grande analyse. Pire, l'affaire des caricatures a été tout simplement censurée. Comme a disparu de la programmation l'interview tant attendue du Pr Tariq Ramadan enregistrée lors de sa dernière visite ici. A l'heure où des journalistes des radios privées cherchent à avoir le point de vue de l'islamologue sur cette affaire qui bouleverse les musulmans, la MBC est appelée à faire amende honorable dans les plus brefs délais.

logo

Century Welfare Association

Let Our Deeds Speak For Us.

Founded January 1969